01-02 DÉCEMBRE 2021 Revivez l'édition digitale des JIB 2020 PALAIS DES CONGRÈS DE PARIS Cliquez Ici SAVE THE DATE

Découvrez le programme préliminaire des JIB 2021

LE PROGRAMME DES JIB

Cérémonie d'ouverture

Mercredi 1 décembre de 09h30 à 10h15
(Salle 143)

PROGRAMME BIOLOGIE 2022-2027

Quels biomarqueurs dans les urgences cardiovasculaires ?

Mercredi 1 décembre de 10h15 à 11h00
(Salle 143)

En partenariat avec la Société Française de Cardiologie

La place croissante des biomarqueurs dans la prise en charge des urgences cardio-vasculaires se confirme chaque jour. Après un inventaire clinique, et le recueil des constantes vitales, les examens usuels que sont l’électrocardiogramme et l’examen clinique orientent le diagnostic. Avant toute prescription d’examen morphologique, le dosage des biomarqueurs permet d’orienter le diagnostic de l’urgence cardio-vasculaire. La place des D-dimères est croissante dans le diagnostic de maladie thrombo-embolique veineuse. Le dosage de troponine est devenu systématique devant toute douleur thoracique faisant suspecter une ischémie myocardique. Enfin, le dosage du BNP est systématique devant toute dyspnée de cause indéterminée, de façon à confirmer ou infirmer le diagnostic d’insuffisance cardiaque. Il apparaît donc que ces biomarqueurs ont bouleversé le paysage du diagnostic des urgences cardio vasculaire, ils sont devenus indispensable au quotidien. Il reste à les prescrire de façon raisonnable. La juste prescription

MODÉRATEURS : Ariel COHEN – Président de la Société Française de Cardiologie –  François BLANCHECOTTE – Président des JIB, Président du Syndicat des biologistes, Tours – France

INTERVENANTS :

  • Dyspnée et BNP
    Christophe MEUNE – Cardiologie et maladies vasculaires – Bobigny France
  • Douleur thoracique et troponine
  • D-dimères et suspicion d’embolie pulmonaire
    Nicolas MENEVEAU – Chef de Pôle – CHRU de Besançon – France
  • CRPus et risque cardiovasculaire

Transition vers le règlement ivd 2017/746 (ivdr)

Mercredi 1 décembre de 11h30 à 12h15
(Salle 143)

En partenariat avec le SIDIV
MODÉRATRICE :
Isabelle TONGIO, présidente du SIDIV, Paris – France

Lymphome

Mercredi 1 décembre de 12h15 à 13h00
(Salle 141)

INTERVENANTS :

  • Innovations dans le diagnostic
    Pierre SUJOBERT – Hospices Civils – Lyon – France
  • Innovations thérapeutiques
    Catherine THIEBLEMONT – APHP, Hôpital Saint-Louis – Paris – France

Gestion des prélèvements biologiques en situation d’alerte sanitaire : Comment ne pas bloquer le système de soins ?

Mercredi 1 décembre de 12h15 – 13h00
(Salle 143)

En partenariat avec la Société Française de Microbiologie

D’une ampleur inédite, la crise sanitaire et sociale due à la pandémie COVID-19 soulève pour tous des enjeux et des défis propres. Créée en 1937, la Société Française de Microbiologie (SFM), riche de sa diversité et ouverte aux partenariats, regroupe des microbiologistes de tout horizon. Organisée en sections et groupes de travail, ses objectifs sont de promouvoir la microbiologie en France et à l’étranger, assurer l’éducation et favoriser la recherche. La SFM participe activement aux activités menées sous l’égide des autorités de santé publique française et est fortement liée à d’autres sociétés savantes et associations

MODÉRATEUR  : Gérard LINA – Président – Société Française de Microbiologie Microbiologiste

INTERVENANTS :

– Sonia BURREL – Paris – France
– Gérard LINA – Président – Société Française de Microbiologie Microbiologiste – Lyon – France

Groupes sanguins rares et variants : rôle du laboratoire dans la stratégie de dépistage et la prise en charge clinique du patient

Mercredi 1 décembre de 14h15 à 15h00
(Salle 143)

En partenariat avec l’Institut National de Transfusion Sanguine l’INTS

Endométriose : quels progrès ?

Mercredi 1 décembre de 15h00 à 15h45
(Salle 143)

En partenariat avec la Société française de Gynécologie

MODÉRATEUR  :
– Patrick MADELENAT Gynécologue médical et obstétrique – Paris – France
– Philippe MERVIEL – Gynécologue médical et obstétrique – Brest – France

INTERVENANTS :

En partenariat avec la Société française de Gynécologie

MODÉRATEURS : Patrick MADELENAT Gynécologue médical et obstétrique – Paris – France et Philippe MERVIEL – Gynécologue médical et obstétrique – Brest – France

  • Qu’est-ce-que l’endométriose ?
    Patrick MADELENAT Gynécologue médical et obstétrique – Paris – France
  • Prise en charge de l’infertilité en cas d’endométriose :
    Chadi YAZBECK – Gynécologue obstétricien –Paris – France
  • Préservation de la fertilité en cas d’endométriose :
    Emmanuelle Mathieu d’Argent – Gynécologue obstétricien – Hôpital Tenon – Paris – France

Intérêt des marqueurs biologiques et de l’imagerie dans la stratégie diagnostique et pronostique du cancer de la prostate

Mercredi 1 décembre de 16h30 à 17h15
(Salle Passy)

En partenariat avec la Société d’Imagerie Génito-urinaire

INTERVENANTS :

  • Raphaël RENARD PENNA – Radiologue – Hôpital Tenon – Paris – France
  • Olivier CUSSENOT – Chef du service d’Urologie, Hôpital Tenon – Paris – France
  • Pierre-Jean LAMY – biologiste – France

Intoxications pendant la crise sanitaire données des caps

Mercredi 1 décembre de 16h30 à 17h15
(Salle 141)

La pandémie liée au SARS-COV-2 a entrainé des mesures sanitaires exceptionnelles qui ont influencé profondément le mode de vie des Français avec aussi des conséquences psychologiques mal évaluées à ce jour. Dans une première présentation nous vous présenterons l’impact du premier confinement, le plus strict, sur les appels aux Centres Antipoison. Dans une seconde présentation nous vous présenterons le suivi que nous avons réalisé prospectivement sur le nombre d’appel pour suicide tout au long de la pandémie. Enfin nous ferons un focus sur trois phénomènes « nouveaux » observés au cours de cette pandémie : les projections sévères de solution hydro alcoolique entrainant des atteintes oculaires sévères chez les enfants, une augmentation des cas rapportés de symptômes neurologiques suite à la consommation festive de protoxyde d’azote et l’émergence de l’utilisation de nitrite de sodium à des fins suicidaire. L’ensemble de ces éléments plaident pour un rôle central des CAPs en tant que recours au soin et système d’alerte en situation sanitaires exceptionnelles.

INTERVENANTS :

  • Jérôme LANGRAND- Centre Antipoison –  Paris – France
  • Dominique VODOVAR – Centre Antipoison de Paris – Université de Paris – France

Maladie NASH - Importance de la maladie – fibroscan invasive

Mercredi 1 décembre de 16h30 à 17h15
(Salle 143)

En partenariat avec l’Association Française pour l’Étude du Foie (AFEF)

La garantie humaine de l’intelligence artificielle en biologie : comment se préparer à la conformité de la loi de bioethique et du réglement européen sur l’intelligence artificielle.

Mercredi 1 décembre de 17h15 à 18h00
(Salle Passy)

MODÉRATEUR : Jean CANARELLI, biologiste – Ajaccio – France

INTERVENANTS :

  • David GRUSON, Ethik-IA – Jouve
  • Claude KIRCHNER, Président du Comité d’éthique du numérique
  • Helene MARIN, Ethik-IA, experte en droit algorithmique

Approche syndromique et diagnostic des maladies infectieuses

Mercredi 1 décembre de 16h30 à 17h15
(Salle 141)

De nouvelles approches diagnostiques probabilistes ciblant les principales étiologies (bactéries, virus, champignon) responsables d’ infections en fonction du contexte clinique sont apparues récemment. Elles correspondent à des techniques innovantes de PCR « multiplex », souvent simples d’utilisation et permettant une réponse rapide incluant pour certains kits, la détection de gènes codant la résistance aux antibiotiques. Leur place dans l’arsenal diagnostic ainsi que leurs avantages et inconvénients sont encore à définir.

MODÉRATRICE : Florence DOUCET-POPULAIRE – Service de Bactériologie-Hygiène – Hôpital Antoine Béclère – Clamart – France

INTERVENANTS :

  • Florence DOUCET-POPULAIRE – PU-PH – Chef du service de Microbiologie – Paris – France
  • Benoit VISSEAUX, – Maitre de conférences des Universités – Praticien Hospitalier hôpital Bichat Claude Bernard – Paris – France

Baisse des greffes en 2020

Mercredi 1 décembre de 17h15 à 18h00
(Salle 143)

MODÉRATEUR : Dominique BERNARD – Biologiste Médical

Session Plénière

Jeudi 2 décembre de 09h15 à 10h00
(Salle 143)

RETOUR SUR LA PANDÉMIE – PERCEPTION DES BIOLOGISTES PAR LES POLITIQUES APRÈS 2 ANS DE CRISE SANITAIRE

Campagne de dépistages

Jeudi 2 décembre de 10h15 à 11h00
(Salle 143)

Prévenir le risque cardiovasculaire

Jeudi 2 décembre de 11h15 à 12h00
(Salle 143)

En partenariat avec Roche

CA-SFM : les grands changements introduits depuis la version 2019

Jeudi 2 décembre de 12h00 à 12h45
(Salle 143)

En partenariat de la Société Française de Microbiologie

Les années 2019 et 2020 ont été celles de modifications majeures qui impactent considérablement la (les) façon(s) habituelle(s) de rapporter les antibiogrammes. Il existe toujours 3 catégories cliniques : deux catégories sensibles – sensible à dose standard (S) et sensible à forte exposition (I) – et une catégorie résistante – résistant (R). La nouvelle catégorie « sensible à forte exposition » (qui remplace l’ancienne catégorie « intermédiaire ») indique que la probabilité de succès thérapeutique est élevée lorsque l’exposition à l’antibiotique peut être augmentée en ajustant la dose à la hausse, ou si l’antibiotique est fortement concentré sur le site infectieux. Pour quelques espèces bactériennes, les phénotypes sauvages ne sont sensibles à certains antibiotiques qu’à forte dose. Si les définitions ont changé, les lettres S/I/R utilisées dans nos SIL ou nos automates n’ont en revanche pas lieu d’être remplacées, rendant ainsi plus accessible le paramétrage informatique à réaliser. La notion de Zone d’Incertitude Technique (ZIT), qui était un des éléments de l’ancienne catégorie « intermédiaire », est désormais gérée de façon indépendante de la catégorisation clinique : pour quelques rares couples antibiotiques/bactéries, et sur des plages limitées de diamètres/CMI proches des concentrations critiques, elle constitue un « warning » dont le laboratoire doit se saisir pour informer le clinicien sur l’incertitude du résultat de la catégorisation clinique d’un antibiotique donné pour une souche donnée, ou pour initier la réalisation de tests complémentaires permettant de résoudre cette incertitude. La table ronde s’adresse ainsi aux laboratoires et aux cliniciens des centres qui n’ont pas encore « franchi le pas » de ces changements et qui s’interrogent encore sur la façon de les mettre en œuvre en routine. Les objectifs de la table ronde sont de présenter le rationnel qui sous-tend les modifications de définition des catégories cliniques, et d’exposer les solutions techniques, organisationnelles et les éléments de communication à préparer pour intégrer avec succès les nouvelles recommandations du CA-SFM/EUCAST.

MODÉRATEUR  : Gérard LINA – Président – Société Française de Microbiologie Microbiologiste

INTERVENANTS :

– Frédéric SCHRAMM – Laboratoire de bactériologie, CHU de Strasbourg – France
– Christian CATTOEN – Laboratoire de bactériologie, CH de Valenciennes – France

Les anémies : quel bilan pour quel profil biologique ?

Jeudi 2 décembre de 14h15 à 15h00
(Salle Passy)

En partenariat avec la société française d’hématologie

Quelle est la définition d’une anémie et quel bilan est à réaliser en première intention? Comment interpréter le bilan martial ? Quand faire un bilan d’hémolyse ? Quelles sont les indications de l’étude de l’hémoglobine ? 

INTERVENANT :

Clara NOIZAT – Unité des maladies génétiques du globule rouge – Centre de la drepanocytose – Henri Mondor – Créteil – France

Ségur du numérique

Jeudi 2 décembre de 14h15 à 15h00
(Salle 143)

MODÉRATEUR : François BLANCHECOTTE – Président des JIB, Président du Syndicat des biologistes, Tours – France

INTERVENANT :

Dominique PONS, Directeur – Clinique Pasteur – Toulouse – France

Bilan d’une première année du dépistage du cancer du col de l’utérus nouvelle formule

Jeudi 2 décembre de 15h00 à 15h45
(Salle Passy)

 

 

Rôle de la biologie dans la surveillance des biothérapies

Jeudi 2 décembre de 15h00 à 15h45
(Salle 143)

En partenariat de la Société Française d’Hématologie

La santé mentale des biologistes

Jeudi 2 décembre de 16h15 à 17h00
(Salle 143)

 

L'intelligence artificielle en oncologie

Jeudi 2 décembre de 17h00 à 17h45
(Salle 143)

 

Cybersécurité : nouveaux outils contre les intrusions informatiques et techniques de détection. IA et analyses comportementale

Mercredi 1 décembre de 10h15 à 11h00
(Salle Passy)

Biologie délocalisée dans un Groupement Hospitalier de Territoire – privé / public – aller au-delà des hôpitaux – dans les établissements

Mercredi 1 décembre de 11h30 à 12h15
(Salle Passy)

En partenariat avec Conseil des Techniciens des Laboratoires Médicaux

Plaidoyer vie/ confort patient

Mercredi 1 décembre de 14h15 à 15h00
(Salle Passy)

Innovation et essais cliniques décentralisés depuis un an (visite à domicile, assistantes de recherche clinique (ARC)

Mercredi 1 décembre de 15h00 à 15h45
(Salle Passy)

Sécurité numérique dans le secteur de la santé

Jeudi 2 décembre de 10h15 à 11h00
(Salle Passy)

En partenariat avec l’Association Française des Ingénieurs Biomédicaux (AFIB) 

Quelle est la place du Biologiste Médicale avec les évolutions technologiques ? privés ou publics

Jeudi 2 décembre de 11h15 à 12h00
(Salle Passy)

Principe de l'organisation de la prise en charge de des urgences en France

Jeudi 2 décembre de 12h00 à 12h45
(Salle Passy)

En partenariat avec la Société française de médecine d’urgence

La médecine d’urgence est en évolution organisationnelle permanente. La bonne utilisation des structuresd’urgences pré et intra-hospitalière est un enjeu de santé
publique. Chaque acteur du système de soins doit comprendre les missions et les limites du système d’aide médicale urgente. Dans cette session nous décrirons l’organisation, les missions et le parcours de soins dans les structures d’urgences pré-hospitalières (SAMU SMUR) et intra-hospitalière. Enfin nous décrirons les outils diagnostiques disponibles dans ces structures.

MODÉRATEUR  : Xavier BOBBIA – médecine d’urgence au CHU de Nîmes. Enseignant, conférencier, chercheur en échographie clinique en médecine d’urgence – Nîmes – France

INTERVENANTS :

Principe et rôle du SAMU et du SMUR
– Paul-Georges REUTER – Maitre de conférences des universités – Faculté de Médecine Paris Ouest – Hôpital Raymond-Poincaré APHP – Garches – France

Principe et rôle du service des urgences
– Youri YORDANOV – Maitre de conférences des universités – faculté de médecine Sorbonne Université – Hôpital Saint Antoine APHP – Paris – France

Outils diagnostiques utilisés
– Nicolas PESCHANSKI – Professeur associé – Praticien hospitalier – faculté de médecine Université Rennes 1 – Rennes – France

TROD et autotests : ces tests sont-ils de la biologie médicale ? de l’urgence ?

Mercredi 1 décembre de 10h15 à 11h00
(Salle 141)

La biologie « hors-les-murs » comporte 3 éléments : les EBMD (examens de biologie délocalisés), réalisés sous la responsabilité des biologistes médicaux, les TROD(tests rapides d’orientation diagnostique) sous celle de professionnels de santé et les autotests, réalisés par les patients ou leur entourage sous leur propre responsabilité. Certains d’entre eux sont des dispositifs de mesure pour une auto-surveillance sur sang capillaire (glucose, INR) prescrits et remboursés. Contrairement aux EBMD dont la qualité doit être strictement maitrisée par le LBM, les résultats obtenus avec les TROD et autotests ne peuvent être garantis avec le même niveau de confiance ni la même traçabilité. Ils permettent pourtant, grâce aux nouvelles technologies, de raccourcir les circuits de soins, de responsabiliser les patients sur leur prise en charge et d’atteindre des patients non accessibles par les circuits classiques de prise en charge. Un équilibre doit donc être trouvé entre les 3 approches pour optimiser le parcours patient tout en intégrant au mieux l’expertise du biologiste médical dans la chaine de soins.

MODÉRATEUR  : Michel VAUBOURDOLLE – Biologiste Responsable – LBM Est Parisien Chef de Département de Biochimie, Hormonologie et Suivi Thérapeutique DMU BioGeM – Paris – France

INTERVENANTS :

– Katia JULIENNE (DGOS) – Directrice générale de l’offre de soins*
– François BLANCHECOTTE – Président des JIB, Président du Syndicat des biologistes, Tours –France
– Aurélien BEAUCAMP – président de l’Association AIDES*
– Philippe PIET : Président du Conseil Central – Section G – Biologistes – Ordre National des Pharmaciens*


* en attente de confirmation

SIDEP et l’après SIDEP

Mercredi 1 décembre de 11h30 à 12h15
(Salle 141)

Accréditation en biologie médicale

Mercredi 1 décembre de 12h15 à 13h00
(Salle 141)

Nouveau DES avec nouvelles spécialités

Mercredi 1 décembre de 14h15 à 15h00
(Salle 141)

En partenariat avec la Fédération Nationale des Syndicats d’internes en Pharmacie et Biologie Médicale(FNSIP-BM)

Relations ARS/Biologistes : bilan et perspectives

Mercredi 1 décembre de 15h00 à 15h45
(Salle 141)

Exercice coordonné : c’est, aussi, l’affaire du biologiste !

Jeudi 2 décembre de 10h15 à 11h00
(Salle 141)

La biologie « hors-les-murs » comporte 3 éléments : les CPTS, ESP, ESS , ESCAP, DAC… autant d’acronymes obscurs avec lesquels le biologiste devra se familiariser. Cette session, ce sera l’exercice coordonné pour les nuls. Ce sont des professionnels de santé de terrain qui partageront leur expérience et avec lesquels vous pourrez échanger. Vous comprendrez rapidement que le biologiste est un de ces professionnels de santé, du second recours, qui doit apporter son concours à un exercice pluriprofessionnelle pour une meilleure prise en charge du patient..

MODÉRATEUR  : Francis GUINARD biologiste médical Bioexcel Bourges (18), secrétaire général du SDB, trésorier-adjoint de la CPTS du Pays de Bourges – France

INTERVENANTS :

– William JOUBERT, médecin généraliste au Mans (72), président de l’UNPS (Union Nationale des Professions de Santé), secrétaire général du SML Syndicat des Médecins Libéraux) – France
– Sophie LIZE, médecin généraliste à Joué-lesTours (37), présidente de la CPTS O’Tours – France
– Richard FABRE, biologiste médical Labosud Garonne, président de l’URPS des biologistes région Occitanie, président de l’association de préfiguration de la CPTS des Portes du Lauragais (31) – France
– Gaël Saintenoy, biologiste médical Laborizon Tours (37), trésorier de la CPTS O’Tours.- France

Gestion de crise accord tri annuel, incidence sur fonds publics

Jeudi 2 décembre de 11h15 à 12h00
(Salle 141)

La biologie médicale sans biologiste ?

Jeudi 2 décembre de 12h00 à 12h45
(Salle 141)

La pandémie de Covid 19 a eu pour conséquence immédiate une forte demande d’examens de Biologie Médicale spécifiques (PCR) pour une population peu avertie de la profession de Biologiste Médical. L’intense médiatisation concomitante a fait prendre conscience petit à petit de la nécessaire maîtrise technique et médicale des processus conduisant à une prise en charge optimum des personnes concernées. Corrélativement sont apparus des offres analytiques et organisationnelles qui sont très éloignées de la Biologie Médicale à qualité prouvée (accréditation ISO 15189). Cette offre analytique, sous l’impulsion de certains industriels du DMDIV, semble vouloir s’étendre largement au-delà des tests pour la Covid, au motif que la population serait en attente de cette nouvelle offre sur notre territoire. Quel avenir pour ces nouvelles offres et quel impact sur l’attractivité de la Biologie Médicale pour les étudiants en médecine ou pharmacie pour lesquels l’image de la profession se brouille de plus en plus?

MODÉRATEUR : Dominique BERNARD – Biologiste Médical

INTERVENANTS :

  • Jean CANARELLI – Président CNOM Biologistes
  • Philippe PIET – Président CNOP Biologistes

Smart technologies during pandemics

Jeudi 2 décembre de 14h15 à 15h00
(Salle 141)

MODÉRATEUR : Bernard GOUGET – Président du Comité de section Santé Humaine du Cofrac,Paris – France

La santé des migrants

Jeudi 2 décembre de 15h00 à 15h45
(Salle 141)

MODÉRATEUR : Bernard GOUGET – Président du Comité de section Santé Humaine du Cofrac, Paris – France

LBMR

Jeudi 2 décembre de 16h15 à 17h00
(Salle 141)

Optimisation du processus d’accréditation. Approche européenne (iso 15189 et 22870)

Jeudi 2 décembre de 17h00 à17h45
(Salle 141)

MODÉRATEURS :
– Bernard GOUGET – Président du Comité de section Santé Humaine du Cofrac, Paris – France
– Hélène MEHAY – Directrice section Santé Humaine chez COFRAC